mort_e_ndedicace

Deux longues nouvelles sur le même thème, celui des objets maléfiques.
Dans la première, La complainte oubliée, c'est un caméscope qui porte la mort : ceux qu'il emprisonne dans sa mémoire numérique ne tardent pas à perdre la vie. Son propriétaire voit disparaître la femme qu'il aime, et qui lui a offert la caméra pour son anniversaire. Puis c'est au tour d'un vieux marin breton d'être happé par le destin. Dans la seconde, c'est un livre qui sème la désolation, ou plutôt la dédicace que l'auteur a portée sur la page de garde.

Didier Daeninckx, nous entraîne dans un univers où l'Histoire contemporaine sert de fil conducteur au récit. Un bon moment de lecture, on en redemande...